Johannes von Ballestrem

« Lorsque j’improvise, la richesse de nuances du piano à queue Bechstein m’inspire et sa voix chaleureuse me comble d’aise. »

Johannes von Ballestrem

 

Johannes von Ballestrem est un pianiste de jazz traditionnel et moderne qui vit à Berlin. Du fait de sa polyvalence, il se produit régulièrement avec les formations les plus diverses, en Allemagne et dans le monde entier. Il a notamment joué avec des stars du jazz telles que Jim Black, Till Brönner, Greg Cohen, Kurt Elling, Eric Harland, Kurt Rosenwinkel et Norma Winstone.

Après avoir étudié au Jazz Institut de Berlin et à l’HMT de Leipzig auprès de Wolfgang Köhler, Aaron Parks, Kurt Rosenwinkel et Michael Wollny, il a été membre du Bundesjazzorchester de 2011 à 2013, formation avec laquelle il a enregistré plusieurs CD et effectué des tournées en Europe et en Afrique. En 2014, il a ouvert le festival Deutsche Kulturwoche du Bénin en donnant un récital solo sur piano à queue Bechstein, avant de se produire à plusieurs reprises avec des musiciens béninois. Deux ans plus tard, une bourse accordée par le Sénat de Berlin lui a permis d’effectuer un séjour de six semaines à la Nouvelle-Orléans afin d’effectuer des recherches sur les racines et les formes originelles du jazz.

Ces dernières années, son travail avec la flûtiste Mariana Zwarg l’a conduit à se focaliser sur le jazz brésilien et à collaborer avec de grands musiciens du pays tels que Fabio Gouvea, Hermeto Pascoal et Itiberê Zwarg. De plus, sa participation à une émission de la série Hope@Home lui a permis de rencontrer le violoniste Daniel Hope, ce qui fut à l’origine d’une autre collaboration fructueuse.

Johannes von Ballestrem s’est produit avec diverses formations dans de grands festivals (Jazzfest Berlin, Elbjazz Hamburg, Pori Jazz Festival/Finlande, Nišville/Serbie, Festival de jazz de Saint-Louis du Sénégal), ainsi que dans des clubs célèbres (Nardis Jazzclub/Istanbul, Sunset-Sunside/Paris, Casa da Musica/Porto et SESC Instrumental/São Paulo).

Il joue aussi de la guitare, notamment sur l’album Denmark Street de la chanteuse Friede Merz.

_

Plus d'information