Nadia Mokhtari

« Les pianos à queue C. Bechstein ont une voix riche et noble qui me fascine. Pour chaque œuvre que je joue, ces pianos me permettent de choisir exactement la sonorité adéquate et de me plonger ainsi dans l’univers du compositeur. »  

Nadia Mokhtari

 

Nadia Mokhtari, jeune pianiste originaire de Lyon, est « une artiste sensible et exceptionnelle qui excelle en tant qu’intermédiaire poétique entre le public et les compositeurs ». S’étant découvert une passion pour la musique en général et le piano en particulier à l’âge de quinze ans, elle a tout d’abord étudié à Lyon puis au Conservatoire de Paris auprès de Brigitte Engerer, ensuite au Royal College of Music de Londres auprès d’Andrew Ball, et finalement à la Folkwang Universität der Künste auprès de Boris Bloch. Elle a également suivi les classes de maîtres de musiciens d’envergure internationale tels que Dimitri Bashkirov, Leon Fleisher, Vladimir Tropp et Michel Dalberto.  

Ayant remporté le premier prix au Concours international de piano de Paris et au Concours international de Radio France, elle s’est lancée dans une carrière internationale et a joué dans des lieux célèbres tels que la salle Cortot (Paris), l’église de St. Martin in the Fields (Londres) ou le Tel Aviv Museum of Arts. Elle a aussi participé à des festivals dans divers pays (Allemagne, Autriche, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Macédoine et Suisse). Passionnée de musique de chambre, elle a par ailleurs été récompensée par la Société internationale Ludwig van Beethoven de Londres.  

Nadia Mokhtari se produit régulièrement en duo avec Denys Proshayev depuis 2013, leur répertoire commun allant des classiques viennois à la musique moderne en passant par Schubert et Tchaïkovski. Les deux jeunes pianistes ont ainsi interprété la Suite Gogol d’Alfred Schnittke dans les arrangements de Valery Borovikov (CD Piano Classics). Quant au répertoire personnel de Nadia Mokhtari, il inclut principalement de la musique des Classiques français, des compositions d’Alexandre Scriabine et des œuvres russes modernes.  

La thèse de doctorat que Nadia Mokhtari a consacrée à Jean-Philippe Rameau a bénéficié d’un large soutien de la part de la Guildhall School of Music de Londres.